Plus pour Moins Médecine

                Bonhomme pense que moins est plus!

                Bonhomme pense que moins est plus!

Je n'ai pas traduit tout le site; cette page est seulement un début pour souligner les ressources de langue française.

Les phrases en anglais peuvent prendre un sens différent quand elles sont directement traduites en français. Par exemple, "less is more" pourrait être traduit directement à "Moins est plus Médecine." Les traducteurs pour le Forum en médecine familiale ont choisi "Moins est Mieux Médecine," mais ce petit changement de formulation modifie complètement la signification voulue.

J'essaie de souligner que nous faisons beaucoup d’investigations et de traitements inutiles. Mais il ya aussi des choses que nous ne faisons pas assez. Voilà pourquoi moins est pas toujours mieux (comme plus n'est pas toujours mieux).

Me pardonnerez les subtilités de la traduction que je suis incapable de faire. Entre mon éducation française de highschool et tout vérifier par Google Translate, je suis sûr que je vais faire beaucoup d'erreurs!


Surdiagnostic : la surconsommation des soins de santé vous rend malade

Selon l'Association médicale canadienne, 30 % des chirurgies, tests et prescriptions ordonnés par les médecins ne permettent pas d'améliorer la santé du patient. Au contraire, ces gestes risquent même d'empirer la situation, notamment lorsqu'on prescrit inutilement des radiographies, qui pourraient engendrer un cancer. En plus d’être inutile et d’augmenter le risque de complications médicales, le surdiagnostic coûte environ cinq milliards de dollars par année à la société québécoise, souligne le Dr Simon-Pierre Landry.

La seule façon d'éliminer cette pratique est de bâtir une solide relation de confiance entre les médecins, les pharmaciens et les patients. Ce lien de confiance est plus fort que Google! Écoutez l'entrevue ici


Les Ressources éducatives en français

Écrit et ressources en français seront collectées ici. Mon français est un peu limité, donc s’ il vous plaît excuser les erreurs et le copier-coller flagrante!
 

Centre pour l'avancement des soins de santé factuels (CASSF)

Ce centre s'inspire des "Center for evidence-based medicine" existants dans plusieurs pays. Sa mission est d'offrir formations, outils et avis divers pour appuyer une pratique informée par les données probantes. Dr Guylène Thériault est un médecin de famille et spécialiste en santé publique au Québec, et elle a un diplôme en evidence-based healthcare (Oxford) et un certificat en value-based healthcare en cours (Darmouth). Aussi, elle est une membre du "Clinical leaders group" de Choosing Wisely Canda (Choisir Avec Soin). [twitter: @ebmgatineau]

Prescrire

Un ensemble d’informations rigoureuses et fiables sur les traitements et les stratégies de soins, pour agir en connaissance de cause. Prescrire est financé par les abonnés. Ni subvention, ni publicité. Ni actionnaire, ni sponsor.

Boîte à décision

Par l'Université Laval, la Boîte à décision résume les données scientifiques récentes sur des interventions pour lesquelles les bénéfices sont contrebalancés par des risques, rendant la décision clinique plus difficile. Il y a deux versions: La version clinicien (prépare le professionnel de la santé) et la version patient (il facilite la discussion avec le clinicien et avec les proches). Les sujets disponibles sont: les bisphosphonates, les statines, etc.

Choisir avec soin

C'est la version francophone de la campagne nationale Choosing Wisely Canada. Cette campagne vise à encourager un dialogue entre le médecin et son patient afin de choisir les examens et les traitements les plus appropriés pour assurer des soins de qualité.

Le dernier des bien portants. Comment mettre son bien-être à l’abri des services de santé [livre]

"The Last Well Person" by Dr Norton Hadler; Traduction de Fernand Turcotte
" Dans ce tour de force provocant, le Dr Nortin Hadler met en doute les dogmes médicaux à la mode. Un livre de base pour tous ceux qui aspirent à une vie heureuse à l’abri des excès des services de santé. " - Clifton Meador, directeur général, Meharry Vanderbilt Alliance.
. . .  Le dernier des bien portants propose des solutions pratiques aux problèmes reliés au vieillissement, à l’obésité, au diabète et aux maux de dos. Si vous ne craignez pas la confrontation des idées reçues avec les faits connus, si vous vous sentez prêt à compléter votre éducation et à faire confiance à votre jugement, vous êtes prêt pour le Dr Hadler.

Malades d’inquiétude? Diagnostic: la surmédicalisation ! [livre]

"Worried Sick" by Dr Norton Hadler; Traduction de Fernand Turcotte
" Tout – absolument tout – est cancérigène, comme le démontrent quotidiennement de nouvelles études, infailliblement " alarmantes ". S’alimenter sainement devient une corvée encadrée de mises en garde terrorisantes. Le malaise le plus banal provoque la panique. " Grisonner est-il une maladie ? Je ne fais pas le comique... ", ironise Hadler: en effet, ça le deviendra sans doute un jour, cette nouvelle " maladie " amenant encore de l’eau à la vague actuelle de médicalisation sans précédent.

Prévention quaternaire

Dr Marc Jamoulle (@jamoulle) est un Belge médecin généraliste qui a écrit au sujet du surdiagnostic au moins depuis 1986. Son article "Information et l'informatisation en médecine générale" commence la discussion autour de la prévention quaternaire, concentrant sur la façon dont la technologie de l'information peut déshumaniser les soins de santé. Dans une interview en 2012 pour Primary Care, il offre une perspective plus développé sur la prévention de soins et médicalisation inutile, et fait écho à ses mises en garde d'il ya près de 30 ans.

"Knock" (filme de 1951)

Knock et est un film de 1951, basé sur une pièce 1923 par Jules Romains. "Voulant assurer le triomphe de la médecine qu'il fait passer avant l'intérêt des malades, et souhaitant devenir le maître des habitants du village et de ses environs, le docteur Knock arrive à Saint-Maurice pour succéder au docteur Parpalaid, brave honnête homme mais dont la clientèle est rare. L'état de santé du pays est excellent. Se rendant compte qu'il a été dupé par son prédécesseur, mais loin de se décourager, Knock fait comprendre à chaque patient qui se presse à ses consultations que tout bien portant est un malade qui s'ignore." 

Ce film préfigurait le problème de la médicalisation. Drôle à cette époque, pas drôle maintenant.

L'alter dictionnaire medico-pharmaceutique bilingue

Pierre Biron a créé cet ouvrage évolutif et bilingue engagé à documenter la surmédicalisation, la surmédicamentation, la corruption du savoir médical, la pharmas-co-dépendance et les intérêts particuliers.

 

 


Merci à Dr. Isabelle LeBlanc (@leblanc_isa) pour ses suggestions et à Phillipe Ameline (@p_ameline) pour les liens vers le travail de Marc Jamouelle et pour m'encourager de garde le titre "Plus pour moins."